EN | FR

YOGA GÉNÉRAL vers USTRASANA

La séquence de cette semaine utilise des POSTURES DE BASES pour aller vers la posture USTRASANA, le chameau. 

Ce qui nous intéresse ici ce n’est pas tant la posture culminante qu’est Ustrasana mais de rappeler (ou de mettre en place selon le niveau) les actions principales et les alignements fondamentaux des postures connues. Ceci pour éviter les blessures en créant de l’espace, pour garder une respiration ample, pour toujours être au plus proche des courbures naturelles de la colonne vertébrale dans les postures qui le demandent et aussi pour moins fatiguer les muscles.

On en revient à travailler le souffle, l’attention, le mouvement, la vitesse d’exécution et la tenue des postures. C’est une invitation aux élèves à la maîtrise du geste de soi sur soi, en mettant l’accent sur le souffle et l’esprit. Cela correspond à une approche éducative du corps en mouvements et créer une mémoire somatique du corps physique lors des répétitions des postures pour les prochains cours.

Ce n’est pas pour apprendre quelque chose de nouveau, sauf pour les grands débutants, mais plutôt de conscientiser les mauvaises habitudes pour se centrer sur les bonnes directions à emprunter afin d’améliorer la coordination et le placement du corps pour bénéficier des effets des postures basiques et de s’en servir pour aller vers une « grande » posture. Les élèves doivent mémoriser l’empreinte des postures dans les articulations et la chair de leur corps mobilisées ainsi que les parties du corps non mobilisées dans les différentes postures. Ainsi le corps pourra laisser émerger les changements nécessaires à son épanouissement physique et mental.
Cette séquence est donc autant adaptée aux élèves réguliers de longue date comme chez les plus débutants. Cette pratique est transformative sur le plan physique et mental.

La posture du chameau est une  flexion arrière très complète qui convient aux débutants car elle demande de  mettre en place toutes les actions des flexions arrières sans mettre de poids dans les bras et c’est aussi une bonne posture pour les avancés car son  alignement rigoureux les empêche de trop s’asseoir dans leur souplesse de leur colonne vertébrale.

« Telle la plante, le corps est directement en relation avec son environnement. Dès lors, il contient une mémoire et un sens qu’il faut savoir laisser émerger, contrairement au sens analytique construit par nos perceptions et pensées. » Les Techniques de Conscience du Corps, C.N.R.S Éditions

Pour recevoir cette séquence, rejoignez la nouvelle communauté d’enseignants de yoga youteach.YOGA !